Achetez S'Inscrire

La flamme de Julien Absalon est toujours en vie

Julien Absalon Gobik

 

“Je veux que les gens viennent à moi et me disent: je te connais, je t’ai vu gagner cette médaille olympique, je t’ai vu devenir champion du monde… peux-tu me signer un autographe?"

Julien Absalon a stoppé la compétition mais il savoure désormais les braises de son succès très récent. Il n’y a pas si longtemps qu’il a décidé d’arrêter. Il n’y a pas si longtemps qu’il a mis un terme à sa carrière, reconnu comme l’un des meilleurs vététistes du monde.

Ce bagage est énorme et il arrive maintenant le moment de gérer un important héritage.

 

 

"Je ne voulais pas arrêter en pleine saison mais la vie nous prépare des surprises et les choses ne se déroulent pas tout à fait comme prévu. J’avais des problèmes d’allergie et j’ai décidé finalement d’arrêter" affirme-t-il sur son retrait pendant la saison 2018.

Les problèmes de santé liés aux allergies, mettant à rude épreuve son état physique et mental l’on poussé à se retirer de la compétition. Mais cette décision fut également motivée par le fait que, au plus profond de lui-même, la volonté de devenir manager émergeait. Lui,  l’un des meilleurs dans l’histoire voulait sa propre équipe, commencer son propre projet. Et quoi de mieux pour le faire quand, au fil des années vous avez imprimé dans la rétines de tous passionnés, tant de victoires et tant de bons moments…

 

Et c’est ainsi qu’Absolute-Absalon fut créé, l’équipe de cross-country dont seule la prononciation du nom suffit à le meilleur d’une discipline qui a une trentaine d’années d’histoire.

 

 

Julien Absalon Gobik 

 

Le rêve olympique du Absolute Absalon

 

L’Absolute Absalon a surgit il y a à peine un an avec Julien et le champion français Espoir  Neïlo Ganier-Perrin dans l’équipe. Pour sa deuxième saison l’équipe s’agrandit avec l’arrivée de nouveaux coureurs pour un objectif : contribuer à la croissance des jeunes talents du VTT avec en tête deux villes et deux dates : Tokyo 2020 et Paris 2024.

 

L’équipe se compose maintenant de quatre coureurs. Quatre noms qu’il convient de rappeler – Jordan Sarrou, Thomas Bonnet, Axel Zingle et Mathis Azzaro-, quatre noms qui ont débuté leur aventure à Banyoles, la cathédrale du VTT dans une journée où tous ont pu découvrir les nouvelles tenues du team in situ. 

Les quatre jeunes bikers ont porté les tenues Gobik comme un signe de l’accord entre bikers et marque pour collaborer et développer ensemble pour les années à venir.

 

"J’ai vu des coureurs espagnols qui ont porté des tenues Gobik et je me suis intéressé à  la qualité. Je suis allé au stand Gobik l’année dernière pendant le Sea Otter à Gérone et nous avons décidé de commencer à travailler ensemble" se souvient Absalon qui définit Gobik en trois mots: "qualité, élégance et design".

 

Travailler avec une équipe qui respire le talent  et qui suscite également de nombreuses attentes améliorera sans aucun doute les prestations des tenues GOBIK. Ceci grâce à la recherche constante de cette alchimie complexe qui consiste à obtenir le meilleur rendement avec le design le plus attrayant.

 

L’image et les performances sont les deux éléments que Julien Absalon a clairement définis comme des pièces qui solidifient son projet et ses longs rêves. Il se définit lui-même "je suis rêveur et hyperactif" et il a maintenant entre les mains quelque chose qui répond à ses prétentions.

 

 

Julien Absalon Gobik 

 

L’amour olympique

 

En dehors des circuits, voir le succès sportif de Julien Absalon relie l’homme avec les plus grands de tous les temps. Et ce, grâce à ses deux titres de champion olympique, Athènes et Pékin, acquis dans cette  période de quatre ans au cours desquelles il n’a jamais cessé de porter le maillot arc-en-ciel.

 

Il a tout remporté, champion du monde depuis la catégorie Espoir jusqu’à remporter cinq titres mondiaux Elite. Sa passion pour la montagne et la compétition le résume facilement: "Je suis très déterminé et vraiment un killer quand je porte un dossard mais aussi très exigeant dans des entraînements".

 

Un cercle vertueux et une attitude de vie qui s’étend désormais aux garçons auxquels il transmet cet amour pour le VTT mais aussi pour les Jeux Olympiques, il le répète "l’authentique moteur de ma vie".

 

Parce que dans la tête de Julien passent encore les images d’Athènes et de Pékin, ces journées où "Je suis sorti de moi-même à cause de la souffrance que je devais vaincre pour réussir à battre mes rivaux" se souvient-il. Des rivaux comme José Antonio Hermida dans le circuit grecque ou Jean Christophe Péraud dans l’olympique chinois, ce grand jour où Orbea  et ses deux coureurs français avaient remportés l’or et l’argent Olympique.

 

"Ma carrière a été longue, ce qui est inhabituel, mais je suis très heureux, j’ai obtenu des résultats qui sont toujours d’actualité" dit-il, convaincu que cette "actualité" a des points de suspension menant à son Absolute Absalon.

 

 

 

 

 

Text: El cuaderno de Joan Seguidor

Photos: Paul Foulonneau (3SO L'AGENCE)