Achetez S'Inscrire

Le maillot de "Pavé": un acte de "philanthropie cycliste"

Pavé, edición especial Gobik

 

 

John Degenkolb est un des cyclistes qui semble tout droit sorti du film typique du temps de la guerre froid de l’Allemagne, de l’autre côté du mur. John Degenkolb est un des cyclistes que trouve le paradis dans l’enfer qui est au milieu du chemin de Paris à Roubaix.

Parce que les meilleurs jours du cycliste John Degenkolb se sont produits dans un endroit qui fait partie du patrimoine matériel du cyclisme, de la planète du vélo et l’univers de leurs amateurs. Un lieu de culte qui traverse beaucoup de kilomètres et forêts entre mines abandonnées et des sentiers militaires.

 

 

Un lieu de culte qu’a un élément en commun, le pavé, cette pierre gênant et bruyant dont les vibrations se creusent dans le rein et détruit le lombaire quand on est sur le vélo. Cette pierre rassemble chaque année centaines, milliers des amateurs au caniveau et milliers des regards par la télé pour voir la Paris-Roubaix, la classique mais emblématique du cyclisme qui définit très bien l’essence à cheval entre l’involution et la dureté atroce que cisèlent le caractère du cycliste.

 

 Pavé, edición especial Gobik

 

 

Revenant à John Degenkolb, lui il a vécu dans l’enfer les plus doux jours de sa carrière sportive. Ici il a gagné Roubaix, cela fait quatre ans et ici il a gagné une étape du tour, l’année dernière quelques heures avant que la France devienne championne du monde.

L’allemand victime d’un grand accident lors qu’il entraînait à travers des montagnes du Levante est une personne reconnaissante et il collabore depuis quelque temps avec une entité sous le nom "Les Amis de Roubaix". Cette entité est la sauvegarde de ces tronçons de pavé que décorent chaque Paris-Roubaix.

 

 

Le travail de cette entité est assez large et précis dans l’objectif. Ils prennent soin et dorlotent ce patrimoine si cycliste comme les grands sommets des Dolomites, les ports des Pyrénées, les murs flamands… Des scènes qui boivent de la grandeur de ce sport et vice-versa, un travail impayable.

Ils travaillent déjà pendant trois ans dans le terrain étant la clé pour la découverte des nouveaux tronçons comme ils l’avaient fait lorsqu’ils ont suggéré le légendaire pas par la Trouée d’Arenberg il y a plus de quarante ans.

 

Ce groupe a mis sur les premières pages le risque que la modernité impliquait pour les routes de pavé jusqu’à Roubaix. Ils ont fait du bruit et ils ont recueilli des signatures. Tout cela a été dans le début des années quatre-vingt quand ils ont réussi à signer les statuts de "Les Amis de Paris-Roubaix".

Ils sont actuellement autour de 200 personnes et ils nettoient le pavé, ils renouvèlent les tronçons endommagés au passage du temps et divulguent le patrimoine entre les jeunes pour ne pas perdre l’amour par le pavé et ils établissent aussi des différents plans de soins trois ans avant.

 

 

La proposition de Pavé

 

 

À Barcelone, dans un des coins du Llobregat, il a eu un magasin qu’a été un sanctuaire de Roubaix dans le cœur du Prat de Llobregat. Son nom a été "Pavé".

Son créateur, Javier Maya, voulait créer quelque de différent, une espèce de matérialisation de son amour platonique par le vélo et à l’image et à la ressemblance d’un concessionnaire de voitures il a donné au vélo le pouvoir de remplir avec sa beauté l’espace de l’impersonnalité d’un bâtiment industriel.

 

 

 Edición Especial Gobik - Pavé Cycling Culture

 

Là pendant quelques années ils ont créé un espace de rencontre pour les amateurs du cyclisme et chacun a pris dans son cœur un petit souvenir de ces jours. Quelques-uns gardent aussi une tenue noire avec des lettres et motifs violets : c’était une tenue du groupe que faisait des sorties et arrivait jusqu’à "Pavé".

Remémorant la pièce et après la fermeture du magasin, Javier Maya a contacté Gobik afin de mettre ce design à nouveau dans le circuit. « J’ai vu que beaucoup de notre gens a gardé le deuil à cause de la fermeture de « Pavé » et je crois qu’elle serait une bonne idée de récupérer la tenue que beaucoup de personnes gardent dans leurs armoires depuis 2012 mais avec les qualités du 2019 ».

  

"Pavé" ne retournera pas mais le maillot et il le fera avec une seule condition : "Je ne veux aucun bénéfice pour la vente de cette tenue, je souhaite que le 10% des achats soit destiné aux Amis de Paris Roubaix".

"Pavé" ne retournera pas mais il reste son esprit platonique par le vélo et ils auront une autre aide à part celle de John Degenkolb, petit ou grand, pour que Roubaix continue écrivant les meilleures pages de l’histoire du cyclisme chaque dimanche de Pâques.

 

 

 

 

Texte: El cuaderno de Joan Seguidor

Photos: Javier Maya et Simon Connellan [Unsplash]